NOS STRATÉGIES

Nous devons rétablir l’équilibre économique pour relever les défis environnementaux auxquels notre planète est confrontée. Il ne fait aucun doute que la finance est essentielle pour accélérer la transition vers une économie neutre en carbone et respectueuse de la nature. Nombreux sont ceux qui sous-estiment la vitesse et l’ampleur de cette transition. Chez holistiQ*, nous cherchons à saisir les opportunités qui modifient déjà profondément le paysage d’investissement.
 

holistiQ_ArticleLOcom.jpg
 

LES TRANSFORMATIONS ÉCONOMIQUES S’ACCÉLÈRENT GRÂCE À UNE SÉRIE DE POINTS DE BASCULE DU MARCHÉ

Les technologies et les solutions vertes franchissent des points de bascule et présentent un potentiel d’expansion considérable. La réduction des coûts, les mesures de soutien politiques et l’évolution des préférences de la société sont autant de facteurs qui jouent en faveur de la transition d’une trajectoire linéaire à une trajectoire exponentielle. 

Nous allons électrifier nos systèmes énergétiques, réévaluer les actifs naturels pour promouvoir une gestion prudente des terres et des océans et adopter un mode d’utilisation circulaire des matériaux. Des facilitateurs plus larges, tels que la technologie et la tarification des externalités, notamment les marchés du carbone, accélèrent ces transformations. C’est ce que nous appelons les systèmes 3+1. 

Ces transformations des systèmes 3+1 gagneront l’ensemble de notre économie, créant de puissantes boucles de rétroaction. En effet, les gains de durabilité dans un système génèrent de nouvelles opportunités pour des solutions « net zero » et respectueuses de la nature dans d’autres systèmes. Le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables occupera une place centrale dans bon nombre de ces interactions. Il permettra non seulement de réaliser des gains d’efficacité dans l’ensemble du système énergétique, mais aussi de modifier la façon dont nous produisons les denrées alimentaires, gérons les maigres ressources en eau et reconstituons le capital naturel.

L’action réglementaire et politique forte, la réduction rapide des coûts et la tarification des externalités accéléreront la transition. Nous assisterons à un redéploiement massif des dépenses d’investissement : les sources de rendement évolueront de manière fondamentale et permanente.

1. SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
LA COURSE VERS LE « NET-ZERO »

Alimenté par les combustibles fossiles, notre système énergétique actuel est centralisé, unidirectionnel et polluant. Mais, avec l’essor de technologies renouvelables et durables, les coûts baissent vite et les taux d’adoption augmentent rapidement. Alors que le pic de la demande en combustibles fossiles devrait être atteint dans les trois ou quatre prochaines années, nous passons rapidement et massivement à un système électrifié, décentralisé, multidirectionnel, efficace et propre. Non pas par idé

ologie, mais pour des raisons économiques. Il s’agit d’un phénomène bien connu. A mesure que les nouvelles technologies deviennent plus efficaces, abordables et accessibles, les marchés franchissent des points de bascule. Et il sera impossible de faire marche arrière.

Notre approvisionnement en énergie sera décarboné. Les centrales au charbon et au gaz devenant moins compétitives, la production à partir d’énergies renouvelables et d’autres sources à faible teneur en carbone s’accélère.

Grâce à l’électrification des bâtiments, des transports et de l’industrie, notre demande énergétique sera plus respectueuse de l’environnement. Il en résultera d’importants gains de productivité et d’efficacité dans le secteur énergétique, qui pourraient se traduire par une baisse de la demande globale d’énergie de plus de 15% d’ici le milieu du siècle. 

L’offre et la demande seront équilibrées par de nouveaux systèmes énergétiques flexibles qui intègrent le stockage et rendent le réseau électrique intelligent et optimisé.

Nous passerons d’un taux d’électrification de 20% à 70%, transformant ainsi définitivement la manière dont nous produisons, distribuons et consommons l’énergie. D'ici à 2030, plus de USD 24'000 milliards de dépenses d'investissement seront déployés dans l'électrification au niveau mondial. De nouvelles sources de rendement apparaîtront dans l’électrification du côté de la demande, dans le déploiement accéléré des énergies renouvelables et du stockage, ainsi que dans les infrastructures.

2. TERRE ET OCÉANS
NOURRIR LA PLANÈTE DANS LE RESPECT DES LIMITES PLANÉTAIRES

Nos systèmes alimentaires gaspilleurs exercent une pression sans précédent sur les limites planétaires. La déforestation, la surconsommation d’eau douce, la pollution chimique et la perte de biodiversité résultent de notre besoin de nourrir une population qui devrait atteindre plus de neuf milliards de personnes au cours des prochaines décennies. 

Les transitions vers la durabilité dans l’ensemble du système alimentaire réduiront cette pression, ce qui permettra de restituer de vastes zones de terres agricoles à la nature, d’améliorer la gestion de l’eau douce, ainsi que de reconstituer la faune et la flore marines. D’importantes nouvelles sources de rendement verront le jour à la faveur de trois changements majeurs : la modification de nos régimes alimentaires, l’évolution de la production alimentaire et la distribution plus efficace des denrées alimentaires. 

Pour comprendre la transformation des systèmes alimentaires, les analyses doivent intégrer tant les impacts économiques et environnementaux directs que les dimensions sociales, culturelles et sanitaires plus générales. Le coût des protéines de substitution devrait baisser rapidement, car les consommateurs continueront à s’orienter vers des régimes alimentaires plus sains à base de produits végétaux. Les nouvelles pratiques agricoles se verront stimulées par les mesures politiques et par les avantages évidents que représentent l’amélioration des rendements, la régénération des sols, la restauration de la biodiversité, la réduction des coûts des intrants, ainsi que la résilience accrue face à la menace des nuisibles et du changement climatique. Dans un nombre croissant de régions, l’eau sera considérée comme un intrant économique essentiel, tant pour l’agriculture que pour d’autres secteurs dépendant de l’eau. 

Nous accorderons également une plus grande valeur économique à la nature elle-même. De nouvelles classes d’actifs verront le jour, favorisant la régénération et la préservation des paysages. En particulier, les investissements dans les frontières forestières de la ceinture tropicale peuvent offrir à la fois des rendements élevés et avoir un énorme impact sur le terrain. Ils peuvent en effet permettre de répondre à la demande croissante des entreprises en étendant l’accès aux produits de base durables et aux systèmes de captage de carbone de haute qualité. Les forêts sont le fondement de nos systèmes naturels sur Terre : elles abritent 80% de la biodiversité mondiale, fournissent des services essentiels à plus de deux milliards de personnes et stockent des quantités colossales de carbone, ce qui est essentiel pour limiter le réchauffement de la planète. 
 

3. MATÉRIAUX
FAIRE PLUS AVEC MOINS

Depuis 50 ans, la croissance économique est liée à la consommation de matériaux. Pourtant, à force d’extraire et de transformer toujours plus de matières premières, nous détériorons l’environnement sur lequel repose notre économie. 

L’extraction et la transformation des ressources mondiales, y compris les combustibles fossiles, sont responsables de 90% de la perte de biodiversité et du stress hydrique et contribuent massivement aux émissions de gaz à effet de serre.  Quatre matériaux clés sont responsables d’une grande partie de ces dommages : le plastique, le ciment, l’acier et l’aluminium. La solution ? La circularité. 

Grâce à une économie véritablement circulaire, nous pouvons découpler la production de la consommation de ressources primaires et éviter les déchets et la pollution. En utilisant des matériaux alternatifs ou renouvelables, en optimisant la production, en améliorant le cycle de vie des matériaux et en transformant les matériaux usagés en nouveaux matériaux, nous pouvons opter pour une économie qui fait plus avec moins – tout en générant des bénéfices. 

L’essor d’une bioéconomie circulaire, qui remplace les matériaux que nous utilisons aujourd’hui par des alternatives renouvelables et biosourcées, offre de nouvelles sources de rendement. Citons, à titre d’exemple, la nanocellulose fabriquée à partir de la pulpe de bois, jusqu’à cinq fois plus résistante que l’acier, ou les « nouveaux plastiques » produits à partir de plantes ou d’algues, qui peuvent être recyclés plus efficacement ou se biodégradent facilement en fin de vie. 

Parallèlement, la réutilisation, la reconversion et le recyclage allongent la durée de vie utile des ressources extraites, comme le ciment recyclé obtenu à partir de béton en fin de vie, et les progrès réalisés dans le recyclage des batteries, permettent de récupérer 80% du lithium et la quasi-totalité du cobalt et du nickel contenus dans les batteries usagées. 

Dans de nombreux cas, nous approchons de points de bascule, car les processus deviennent commercialement exploitables grâce aux avancées technologiques ou à la baisse du coût des énergies renouvelables. Dans d’autres cas, ces points de bascule sont accélérés par les mesures politiques, telles que les incitations commerciales découlant des restrictions imposées par l’Union européenne sur certains plastiques à usage unique. 

Et les investisseurs peuvent être le moteur de ce changement. Les innovations en matière de technologie et d’infrastructure joueront un rôle clé. D’importantes dépenses d’investissement sont nécessaires. Des solutions systémiques se développent déjà à un rythme soutenu sur la courbe de l’innovation, alors que les investisseurs déploient des capitaux et se positionnent de manière à bénéficier des puissantes forces du marché. 

+1. TARIFICATION DES EXTERNALITÉS
FACILITER LA TRANSITION

L’essor de moyens de tarification des externalités, tant nouveaux que déjà établis, jouera un rôle clé dans la transition et offrira de formidables opportunités d’investissement. Il existe, depuis trop longtemps, une défaillance fondamentale du marché au cœur de notre économie. Le véritable prix à payer pour faire des affaires – les dommages causés par les émissions ou la pollution, y compris l’impact sur la santé humaine – n’a pas été pris en compte dans le coût des biens ou des services. 

Les marchés du carbone, dont la valeur est vouée à augmenter, constituent le fer de lance de cette importante transformation. Ils inciteront en effet les entreprises à adopter des pratiques commerciales à émissions réduites ou nulles. D'ici aux années 2040, avec la croissance des marchés du carbone et l’augmentation des prix du carbone, nous commencerons à développer la chaîne de valeur de l’élimination du carbone pour atteindre plus de 5 milliards (Gt) par an, soit l’équivalent de la totalité des émissions annuelles de CO2 des Etats-Unis, donnant naissance à un nouveau secteur d’activité aussi important que le pétrole et le gaz aujourd’hui. Tout comme les systèmes de matériaux actuels se découplent de l’extraction, la croissance économique se découple des émissions.  

La transition s’appuiera également sur des solutions physiques et digitales indépendantes de tout secteur, qui faciliteront le changement dans l’ensemble de notre économie. Les nouvelles technologies seront essentielles, comme le suivi des produits par la blockchain, qui garantira la transparence de la chaîne d’approvisionnement, et les logiciels Smart Grid, qui renforceront l’efficacité de nos réseaux énergétiques et encourageront l’adoption de véhicules électriques. L’identification et la compréhension de ces facilitateurs transversaux applicables à l’ensemble de l’économie, qui peuvent être déployés partout où la transition s’opère, offriront d’importantes opportunités d’investissement. 

VERS UNE TRANSFORMATION DU PAYSAGE DE L'INVESTISSEMENT

Face à cette refonte fondamentale de l’économie mondiale, nous devons affiner les perspectives d’investissement actuelles. Les changements à venir auront des répercussions en cascade dans tous les secteurs, entraînant à la fois des risques et des opportunités qui ne peuvent être appréhendés qu’au travers d’une réflexion systémique. Les technologies durables approchant rapidement de leur point de bascule, les investisseurs doivent anticiper cette évolution. 

Nous nous appuyons sur des partenariats avec les milieux scientifiques, universitaires et industriels pour mieux comprendre les transitions qui s’opèrent au sein des secteurs et entre eux, la manière dont la technologie impulse le changement et les disruptions qui affectent les chaînes de valeur. En nous concentrant sur les actifs publics et privés, nous cherchons à identifier les nouvelles opportunités qui se présenteront, notamment dans la nature qui constitue une classe d’actifs à part entière.

Nous suivons de près l’évolution des politiques, prêts à anticiper les grandes initiatives publiques et leurs conséquences sur les marchés, susceptibles de changer la donne à court terme et d’offrir de formidables opportunités aux investisseurs bien positionnés. 

Nous rechercherons  un « alpha vert » où les nouvelles technologies permettent de résoudre les défis environnementaux et sociaux de la planète tout en favorisant une croissance rapide des marchés. Nous renforcerons notre exposition aux marchés émergents afin de tirer parti d’un déploiement important de dépenses d’investissement.  

Et nous nous projetons encore plus loin. Au-delà des mesures et des initiatives traditionnelles. Nous privilégions les solutions climatiques, respectueuses de la nature et socialement justes, à mesure que les décideurs politiques et les consommateurs se rendent compte qu’il est possible de réparer les dégâts causés à la planète. 

Notre ambition n’est pas seulement de conclure une trêve précaire avec notre environnement, mais de construire un avenir où la nature et l’économie travailleront main dans la main.

 

reshapingTheInvestmentLandscape-img.png

NOTRE COMITE CONSULTATIF

TÉLÉCHARGER NOTRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

En savoir plus sur holistiQ – une plateforme d’investissement durable visant à déployer des capitaux pour une économie neutre en carbone et respectueuse de l’environnement.

 

HOLISTIQ-communiquédePresse.png

CONTACTEZ-NOUS

holistiq

t. null

Veuillez saisir votre prénom.

Veuillez saisir votre nom de famille.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Veuillez saisir un numéro de téléphone valide.

Veuillez selectionner une valeur.

Veuillez composer votre message.

Un problème est survenu, votre message n'a pas été envoyé.